Catégories
Équipements Trousse de couture

Les épingles pour la couture

La boite d’épingles est un indispensable dans la trousse de couture. C’est pourquoi, il est important de connaître les différents types d’épingles, à quoi ça sert et pour quoi ?

Il en existe plusieurs, tailles, longueurs et pointes (pointu, ronde, plate) de marque différentes Bohin, Prym, Couture Loisir… personnellement je n’en utilise qu’un seul type, sauf cas particulier…

Les différents types d’épingles pour la couture

Les épingles à tête rondes « universelles »

Les épingles à tête rondes 

Les épingles à têtes rondes sont généralement coloré, se sont les “universelles” si on peut dire. Les épingles à têtes rondes sont multi-usage et s’utilise facilement sur à peu prêt tout type de matière. Avec leurs têtes rondes et colorés, les épingles sont facile à manipuler et à repérer sur le tissu. Il en existe de différentes longueurs et épaisseurs, mais ce n’est pas toujours spécifier.

Pour les fantaisistes, il existe des épingles avec des têtes en étoiles, en cœur, gouttes, feuilles… de quoi accorder les épingles avec sa personnalité quoi !

Les épingles à tête plates 

Les épingles à têtes plates

Les épingles à tête plates sont celles que j’utilise. Parce que la prof de couture au lycée nous avait formellement interdit de se servir de celle à tête ronde, pourquoi ? A cause de la tête ronde mais delà à vous expliquer le pourquoi du comment… À 17 ans on pas très attentive à ce genre de détail, trop occupée à penser à son amoureux du moment.

Les épingles à tête plates sont toutes simples, elles ressembles à un clou. Néanmoins, elles ont la particularité d’avoir une épaisseur et une longueur variables. Généralement plus elles sont longues plus elles sont épaisses. Les épingles à tête plate se distinguent en 3 catégories :
Les extra fine
: pour les tissus délicats type soie
Les fines (très/super fine)
: pour les tissus fin et léger type coton
Les grosses
: pour les tissus épais type tweed

Les épingles en T

Les épingles en T

Les épingles en T tiennent leurs nom de la forme. Elles sont très utilisés dans le domaine des loisirs créatifs. Pour la couture, les épingles en T sont parfaites pour travailler les tissus épais à poils (que ce soit de la fourrure, du velours, de l’éponge…) ou les mailles car la tête ne va pas disparaître dans les poils ou glisser dans le tissu. Malheureusement, ces épingles sont en général assez épaisses et ne sont pas recommandées sur les tissus délicats (

on peut quand même trouver des épingles en T fines, pour le patchwork et les appliqués).

A noter également que si la plupart des épingles sont bien pointues, il en existe à bouts ronds, pour les mailles, les dentelles.

A quoi ça sert les épingles en couture et pour quoi ?

COUPER

Les épingles vont servir à maintenir le patron sur le tissu avant de couper. Il est possible de les utilisés en complément des poids cela va dépendre du tissu.

Le bon positionnement des épingles pour couper c’est parallèle au ciseaux.

COUDRE

Ma très chère professeure de couture de BEP nous avait habitué à coudre avec le moins d’épingle possible. C’est à dire travailler sur la machine avec une seule épingle voir 2 quand il s’agit de “droite” pour gagner du temps. Elle était sévère mais à fait de moi la couturière que je suis. Bien que j’ai gardé cette habitude quand la fatigue point le bout du nez où l’attention est à 0, il faut admettre que cela aide beaucoup lors de la couture à maintenir les pièces entre elles.

Le bon positionnement des épingles pour une couture agréable et sans prise de tête c’est de toujours positionner les épingles perpendiculaires à la couture. De manière à retirer facilement les épingles de la main droite avant de passer le pied de la machine à coudre.

Prenez l’habitude de retirer systématiquement les épingles avant le passage du pied de la machine à coudre, soit en arrêtant de coudre, soit tout en piquant suivant l’habilité. Ceci est valable pour les épingles au bord d’une couture, une mise en place d’une pièce (étiquettes, anse…) ou le maintien d’une pièce pour un plaquage. Beaucoup font l’erreur de coudre en ne retirant pas les épingles, et ceux même s’ils sont avertis, en l’occurrence je vise mes élèves qui continuent alors que je ne cesse de leur répéter.

Pourquoi faut il retirer les épingles et ne pas passer l’aiguille de la machine à coudre dessus ?

-Ça entraîne la torsion/casse de l’aiguille et/ou de l’épingles
-L’aiguille et/ou l’épingle cassée peut aller se loger dans la partie boîtier canette et là, c’est une catastrophe surtout si le bout cassé n’est pas retiré = bon pour aller voir le mécanicien. De l’argent jeté, dû simplement à une mauvaise utilisation
-Cela peut abîmer les griffes de la machine
-Causer une déviation de la couture.

Pour les personnes qui vont se dire :
Oui mais moi je le fais sans rien cassé alors franchement j’y crois pas trop ! Et je vais continuer parce que c’est plus facile.” Atika, une élève qui à changer d’avis depuis
C’est vrai ! Mais en réalité à force de choc l’aiguille se fragilise se tord légèrement sans que ce soit visible. Qui plus est, abîmé la machine sur la durée et va se cassé tôt ou tard.

MOULAGE

Ça va permettre de tenir le tissu (morceau) sur le mannequin. Le bon positionnement est la même que pour coudre, c’est à dire toujours perpendiculaire à la couture. Logique me direz vous étant donnée que c’est censé présenter le vêtement assembler.

ESSAYAGES

Pour ajuster le vêtements directement sur la personne et préparer les modifications à faire.

J’ai bien entendu parler des épingles les plus couramment utiliser en couture. Néanmoins, il y a un dernier type d’épingle qui mérite d’être abordée : l’épingle à nourrice.

Les épingles à nourrice

L’épingle à nourrice

Bien que tout le monde les appel épingle à nourrice de nos jours. En réalité le véritable nom est épingle de sûreté. Le nom d’épingle à nourrice a été adopté parce que les nourrices s’en servaient pour fixer les langes. Il existe de nombreuses formes, tailles et couleurs… cependant la plupart du temps elles sont dotées d’une tige dont un côté est pointu et l’autre d’un protège pointe. Le milieu de la tige est torsadé ce qui créer un ressort.

En couture elles sont généralement utiliser pour faire passer un élastique, un cordon… ou pour retourner.


Par ailleurs, il en existe bien d’autres selon des usages et des applications spécifiques. Pour le moment, je n’ai pas encore trouvé d’ouvrages traitant de toutes les variétés existantes. Vous pouvez découvrir dès maintenant l’article sur les aiguilles de machine à coudre.

J’espère que cette article vous aura plu, et que vous avez pu découvrir de nouvelles choses, approfondir vos connaissances… N’hésiter pas a vous abonnez à la newsletter pour ne pas manquer les prochains articles. A partager, laisser un commentaire pour me donner votre avis sur l’article ou si vous avez des sujets que vous souhaiteriez que j’aborde.

En attendant, à vos ciseaux et bonne couture !

Catégories
Matières

Pourquoi et comment laver le tissu avant de coudre ?

Beaucoup pensent qu’il n’est pas nécessaire de laver le tissu. Cependant, beaucoup changent d’avis après qu’un vêtement qu’ils ont confectionné sans lavage soit passé par le lave linge.

Je vais vous expliquer pourquoi il est essentielle de laver et comment le faire. Spécifiquement du lavage du tissu et de la manière de traiter chaque type de fibre avant de l’utiliser pour confectionner vos vêtements.

[lwptoc skipHeadingLevel= »h1,h2,h3,h4″]

Comment et pourquoi laver le tissu avant de coudre ?

Pourquoi laver le tissu avant de coudre est-il important ?

Il est important de laver vos tissus avant de le coudre pour plusieurs raisons.

Une des réponses la plus simple et la plus importante est que de nombreux tissus rétrécissent au lavage. En particulier au premier lavage, d’ailleurs des tissus peuvent continuer à rétrécir un peu après le premier lavage. Quelques exemples : la flanelle et le jersey interlock. Le premier lavage est donc crucial, d’autant plus que la plupart des tissus rétrécissent plus en longueur qu’en largeur. Il n’y a rien de pire que de faire un vêtement qui convient. Pour découvrir qu’il est plus petit et plus court de plusieurs centimètres après son premier passage à la machine à laver !

C’est également important de laver les tissus pour éliminer tout colorant ou produit chimique ayant servi à la fabrication et à la finition du tissu. Après tout, vous ne voulez probablement pas manipuler de produits chimiques si ce n’est pas absolument nécessaire, non ? Vous ne voulez pas non plus coloré les vêtements de votre moitié, de vos enfants ou découvrir que votre robe blanche a viré au rouge ? Parce que votre tissu aura déteint dans la machine. Il est donc préférable de laver votre tissu avant qu’il ne se répande sur les vêtements de toute la famille.

Une des dernières raisons de laver le tissu avant de l’utiliser pour coudre, c’est que cela va aider. Notamment, à savoir comment traiter le vêtement une fois fini, c’est un véritable test qui servira pour durabilité de votre réalisation…

Quels tissus doivent être laver avant de coudre ?

Voici un des secrets de l’industrie textile :
Il est parfois plus facile pour un fabricant de vous recommander le nettoyer à sec de vos vêtements. Alors qu’en réalité, le textile lui-même aurait pu être lavable. La raison ? Tout étiquetage de tissu doit être complété par des tests sur les textiles. Ce qui peut demander beaucoup de place, être coûteux et prendre beaucoup de temps. Tout le monde n’a pas le temps encore moins le budget pour le faire. Cerise sur le gâteau vos vêtements coûterait aussi plus cher.

C’est pourquoi, les fabricants vous recommandent le plus souvent le “nettoyage à sec uniquement”. Bien sûr, le fabricant (parfois)  n’aura pas non plus pris en compte le rétrécissement qui se produirait si vous ne suivez pas la recommandation. Que vous décidez de tout de même laver réellement le vêtement à la machine. Dans de nombreux cas, vous ne devriez vraiment pas le laver à la machine.

Donc, encore une fois, l’avantage du fait maison ou de passé par mes services est que votre tissu sera lavé Ce qui va rendre le vêtement lavable à la machine. En conséquence, éviter les coûts liés aux produits chimiques ou du pressing pour le nettoyage à sec.

Quand n’y a-t-il pas besoin de laver un tissu avant de coudre ?

Si vous êtes absolument certain de nettoyer votre vêtement fini à sec, vous pouvez ignorer le lavage. C’est également le cas si par exemple, vous allez le travailler avec du cuir, du daim ou de la fourrure.

De plus, si vous réalisez un vêtement qui implique beaucoup d’interfaces, de finitions ou de détails sur mesure. Je pense particulièrement aux tenues de soirée et aux costumes. Il peut être préférable de réserver le vêtement fini au nettoyage à sec. Cependant, dans de nombreux cas, vous pouvez toujours laver les tissus eux-mêmes. Vous devrez donc utiliser votre propre jugement.

C’est également le cas lorsque le tissu est destinée pour la confection d’accessoire (non destiné à être en contact avec des produits alimentaire ou des accessoires d’hygiènes). Cependant, avant de décider de ne pas laver, vérifier si la couleur ne dégorge pas, il serait dommage que votre jolie pantalon blanc se retrouve à être bleu parce que le sac que vous avez confectionner à déteint à cause du frottement sur votre pantalon.

Quand faut-il laver un tissu avant de coudre ?

En règle générale, je lave tout, si c’est possible, dès que ça arrive à l’atelier. Que ce soit mes tissus ou ceux des clients, avant qu’il ne soit ranger ou utiliser. De cette façon, je n’oublie pas de le laver !

Comment laver le tissu avant de coudre ?

Quelques directives générales pour vous aider à démarrer

En général, vous devez laver en fonction de la fibre plutôt que du type de tissu. Ainsi, par exemple, je parlerai de coton plutôt que de mousseline ou de velours côtelé. La fibre est l’information importante ici, on s’est compris ?

En outre, lorsque je lave un tissu, je préfère le traiter un peu moins bien que le vêtement fini. En d’autres termes, même si je recommande vivement à mes clients de ne pas le passé dans le sèche-linge. Il est parfois possible que je le mette à sécher malgré tout au sèche-linge. De cette manière le tissu est “forcé” le plus possible au rétrécissement. De cette façon, je n’ai pas à m’inquiéter de la possibilité qu’un client rebelle le passe par la suite dans le sèche-linge. En le traitant sévèrement la première fois, c’est une assurance de minimiser le rétrécissement plus tard.

Si vous pensez que votre tissu risque de dégorger ou de libérer beaucoup de colorant. Pensez de jeter un anti-décoloration dans le lave-linge avec votre tissu. Vous pouvez le vérifier à l’avance. Passez un morceau de tissu blanc humide pendant une minute pour voir si la couleur se transfère sur le blanc.

Avec certaines fibres, j’ajoute également du vinaigre blanc à un pré-trempage pour empêcher les teintures de s’échapper du tissu. Mais vous aurez probablement plus de chance avec des produits professionnels.

Astuce :
Le vinaigre blanc est idéal pour éliminer tout excès de savon de votre cycle de lavage. Il ramollira également vos serviettes afin que vous n’ayez pas besoin d’utiliser d’assouplissant.

Le lavage, fibre par fibre

Voici une courte liste de la procédure de lavage de chaque fibre

Je tiens a précisé que ces recommandations sont tout à fait personnelle. Sans doute qu’en discutant avec une autre personne cela ne correspondra pas forcément à ce qui va suivre. Avant tout, j’utilise rarement le sèche-linge, alors gardez cela à l’esprit si vous vous avez l’habitude d’utiliser un sèche-linge.

Coton

La plupart des cotons sont faciles d’entretiens et peuvent être lavé et séché à la machine sans trop de souci. Après le lavage et le séchage, je préfère repasser tout ce qui est en coton après l’avoir bien secoué. Ceci élimine la plupart des plis et aide les fibres à mieux paraître et à durer plus longtemps.

Lin

Le lin peut être lavé en machine sans problème. Si vous mettez du lin dans le sèche linge, les fibres se décomposent plus rapidement et le tissu sera plus froissé. Cependant, il est possible de sécher le lin au sèche-linge afin de le réduire autant que possible. Si vous utilisez le sèche-linge, au repassage ne pas hésiter à mettre beaucoup de vapeur pour aider à humidifier le tissu afin de le défroisser.

Laine

Je lave presque toujours la laine à la main ou à la machine à laver sur un réglage délicat. En utilisant de l’eau froide pour que les fibres ne s’abîment pas. La laine doit toujours être séchée à l’air, puis repassée avec beaucoup de vapeur pour rétrécir un peu le tissu avant de le couper. Je lave la laine de cette façon même si je prévois de laver à la main ou à sec le vêtement fini, et je n’ai jamais eu aucun problème jusqu’à maintenant

Soie

La soie c’est toujours à la main avec une lessive sans danger pour les couleurs ou un savon doux, puis être séchée à l’air. Le nettoyage à sec est préférable si vous souhaitez conserver les propriétés, mais pour des tissus comme l’organza, je trouve que le lavage à la main est très bien.

Viscose (Rayonne)

Ce tissu rétrécit un peu lorsqu’il est lavé, mais plutôt que de le mettre dans le sèche-linge pour le rétrécir davantage, je le sèche presque toujours à l’air, car il se froisse beaucoup et ne doit être repasser qu’avec un fer tiède donc ça ne part pas.
Si vous souhaitez utiliser le sèche-linge, utilisez donc un réglage basse température et essayez de retirer le tissu avant qu’il ne soit complètement séché.

Acétate, acrylique, nylon et polyester

Je les lave également à la machine à laver et sécher à l’air. Cela aidera à réduire l’électricité statique. Soyez particulièrement doux avec l’acétate car il est fragile lorsqu’il est mouillé.Si vous souhaitez utiliser le sèche-linge, utilisez donc un réglage basse température et essayez de retirer le tissu avant qu’il ne soit complètement séché.

Lyocell (Tencel)

Je préfère laver à la machine à laver et sécher à l’air ce tissu, bien que vous puissiez probablement le mettre au sèche-linge.

Astuce :
Pour les tissus qui auraient tendances à trop s’effilocher, étant donné qu’ils vont être soumis au mouvement du tambour, sans aucun doute s’effilocher d’avantage. Pour éviter ça, il suffit de surfiler ou de faire un ourlet au tissu.

J’espère que ces conseils vous aideront à laver vos tissus et à prendre soin de vos coutures une fois celle-ci terminées.

De plus, si vous souhaitez en savoir plus sur les qualités de chaque fibre, vous trouverez quelques articles sur le blog qui pourront vous aidez à en apprendre davantage sur les fibres naturelles et les fibres artificielles. Le livre Technologie des tissus” par Christiane GARAUD  est également très intéressant pour approfondir vos connaissances.

J’espère que cette article vous aura plu, et que vous avez pu découvrir de nouvelles choses, approfondir vos connaissances… N’hésiter pas a vous abonnez à la newsletter pour ne pas manquer les prochains articles. A partager, laisser un commentaire pour me donner votre avis sur l’article ou si vous avez des sujets que vous souhaiteriez que j’aborde.

En attendant, à vos ciseaux et bonne couture !

Catégories
Accessoires Tutoriels de couture

Masque de protection AFNOR

Après avoir déclenché une vague de controverse sur l’utilité du masque de protection en tissu, les choses semblent se calmer un peu. L’AFNOR (Association Française de Normalisation) a standardisé le masque en tissu courant mars 2020. L’association a réalisé un rapport expliquant comment fabriquer et utiliser ce masque facial en tissu aussi appelé masque barrière.

Loin de suggérer qu’un masque facial en tissu vous protège, vous et les personnes qui vous entourent, autant qu’un masque médical FFP2. Le masque de protection norme AFNOR est un masque facial destiné au grand public, pour protéger la population saine afin de limiter la transmission :
“Son port limité à une demi-journée permet de constituer une barrière de protection contre une éventuelle pénétration virale dans la zone bouche et nez de son utilisateur ou d’une personne se trouvant à proximité. Il a pour vocation de protéger cette zone contre tout contact avec les mains.”
Guide d’exigences minimales, de méthodes d’essais,de confection et d’usage

L’AFNOR souligne également que le masque norme AFNOR est à utiliser en complément des 5 gestes barrières :
1 PRÉVENTION Restez chez vous
2 COUDE.Toussez dedans
3 VISAGE. Évitez de le toucher
4 DISTANCES. Gardez-les
5 MAINS. Lavez-les souvent
Pour en savoir plus : Infos Coronavirus

En conséquence, le port d’un masque facial en tissu est mieux que rien, voici un tutoriel étape par étape facile pour vous aider à créer votre propre masque personnalisé en respectant les recommandations et le modèle AFNOR.

J’ai ajouté quelques modifications pour des raisons pratiques et esthétiques, ce qui ne changent en aucun cas les propriétés ou la structure du masque. Ainsi le modèle que je vous propose offrira la possibilité d’insérer un filtre et/ou un pince nez, afin d’éviter la formation de buée sur les lunettes.

DIY : Masque de protection AFNOR

Machine à coudre – Surjeteuse – Fer à repasser

[pins id= »416″]

Matériels :
-Gel hydroalcoolique
-Tissu 100% coton
-Élastique plat
-1 bobine de fil en coton
-10 pinces prodiges
-1 paire de ciseaux à tissu
-1 paire de ciseaux à papier
-1 craie ou stylo pour tissu

Optionnel :
-1 règle
-1 paire de petit ciseau (cigogne)
-1 paire de gant

Cliquez sur le lien pour télécharger le patron :
Patron et gabarit masque barrière AFNOR

Instructions :
A l’aide du patron qu’il faut avoir préalablement télécharger et imprimer. Couper dans le/les tissus de votre choix et l’élastique :
-Extérieur x1
-Doublure x1 pour un masque double épaisseur
x2 pour un masque triple épaisseur
-Elastique x2 Attention la longueur à couper varie selon l’élasticité de l’élastique. Les valeurs données correspondent aux élastiques vendu dans la boutique en ligne)
-pour de l’élastique 3 mm : 21 cm femme / 23 cm homme / 19 cm enfant
-pour de l’élastique 5 mm : 22 cm femme / 24 cm homme / 20 cm enfant
-pour de l’élastique 7 mm : 20 cm femme / 22 cm homme / 18 cm enfant
Remarque : Bien reporter tous les crans sur le tissu (Extérieur et Doublure) pour faciliter l’assemblage du masque AFNOR
DIY Masque de protection norme AFNOR1. Surjeter le haut de l’Extérieur

2. Surjeter le haut des doublures, en les superposant endroit contre envers
Remarque : Maintenir avec les pinces prodiges

  DIY Masque de protection norme AFNOR
 

3. Assembler le haut de l’Extérieur avec le haut de la Doublure à 1 cm, endroit contre endroit. En respectant les crans.
Remarque : Bien positionner cran sur cran. Faire un point d’arrêt début et fin de chaque couture. Ouvrir la couture

   

4. Plaquer les élastiques sur l’Extérieur à 0,5 cm, en respectant les crans
Remarque : Ne pas faire de point d’arrêt, c’est une étape intermédiaire. Elle permet de maintenir les élastiques, ainsi faciliter l’assemblage des côtés à l’étape. Pour les plus habile cette étape n’est pas nécessaire. Absolument faire la couture à moins 1cm pour ne pas réduire l’efficacité du masque

5. Assembler le bas de l’Extérieur avec le bas de la Doublure à 1 cm, endroit contre endroit.
Remarque : Maintenir avec les pinces prodiges. Faire un point d’arrêt au début et à la fin de la couture. Être attentif à ne pas prendre l’élastique

 

6. Assembler les côtés du masque barrière AFNOR
Remarque : Faire correspondre les crans de l’Extérieur et de la Doublure. Faire un point d’arrêt au début et à la fin de chaque couture. Bien éplucher et retirer les coutures qui servent à maintenir les élastiques

 

7. Retourner le masque par l’ouverture laissée en haut

 

8. Surpiquer le haut et le bas du masque barrière AFNOR dans les rainures des assemblages
Remarque : Faire un point d’arrêt au début et à la fin de chaque surpiqûres. Faire attention à l’ouverture en haut.

9. A l’aide du gabarit qui est fourni avec le patron que vous pouvez télécharger à la fin de ce tuto DIY et d’un stylo magique. Marquer les crans de pliage sur l’envers. Former les plis en suivant le schéma ou à l’aide de cette vidéo.
Remarque : Maintenir les plis avec les pinces prodiges

 

10. Surpiquer les côtés à 0,5 cm pour maintenir les plis
Remarque : Pour les parties les plus épaisses, manœuvrer à la main le volant de la machine

C’est fini, votre masque barrière à plis AFNOR est prêt, vous pouvez y insérer un pince nez pour que ce soit plus confortable !

J’espère que cette article vous aura plu, et que vous avez pu découvrir de nouvelles choses, approfondir vos connaissances… N’hésiter surtout pas à m’envoyer vos photos si vous faite le masque, ça me ferai très plaisir de voir vos réalisations. Laisser un commentaire pour me donner votre avis sur ce tuto ou si vous avez des sujets que vous souhaiteriez que j’aborde.

En attendant, à vos ciseaux et bonne couture !